L’origine du groupe de codéveloppement professionnel.

Espace collaboratif d’apprentissage, approche pédagogique ouverte, communauté de développement des pratiques professionnelles, voilà quelques qualificatifs utilisés au fil des ans pour situer le groupe de codéveloppement professionnel comme approche et pratique de formation et de perfectionnement qui a trouvé son origine au Québec, province francophone du Canada.

Le groupe de codéveloppement professionnel (GCP) constitue une approche de développement des personnes fondée sur l’apprentissage dans l’action en petits groupes, de divers courants de réflexion sur l’action, du questionnement réflexif, de l’autonomie, de l’entraide dans l’apprentissage et du coaching par les pairs. Elle s’inscrit dans un vaste courant d’approches participatives d’apprentissage expérientiel misant aussi sur l’apprentissage social (Mandeville, 2004).

Cette méthode a été développée au Québec par Adrien Payette, professeur à l’École Nationale d’Administration Publique située à Montréal qui, inspiré notamment par l’action learning, a commencé à utiliser une approche pratique d’apprentissage de la gestion à partir des problématiques que vivaient ses étudiants en administration publique, plusieurs d’entre eux étant des cadres en exercice. Il a publié L’efficacité des gestionnaires et des organisations en 1988 dans lequel il présente sa méthode.

En parallèle, Claude Champagne, professionnel en formation et développement organisationnel dans un hôpital du réseau de la santé et des services sociaux québécois, d’abord inspiré par les travaux en praxéologie avec le psychologue Yves St-Arnaud et ses études en psychologie des petits groupes, a implanté une formule similaire dans l’hôpital où il travaillait, puis auprès de collègues de son réseau professionnel.

Les deux se sont rencontrés dans un groupe constitué pour réfléchir sur la pratique qu’ils expérimentaient et développaient et qui suscitait un intérêt certain. Ils ont effectué de nombreuses conférences sur le sujet et ont publié le livre Le groupe de codéveloppement professionnel en 1997 aux Éditions des Presses de l’Université du Québec. Cet ouvrage est considéré comme la référence pour les praticiens qui veulent animer et implanter des groupes de codéveloppement. On y trouve un moyen novateur pour continuer à consolider leurs compétences professionnelles en réfléchissant en groupe sur leurs enjeux professionnels et situations de travail concrètes.

La diffusion de l’approche de codéveloppement professionnel s’est faite par la publication de ce premier ouvrage puis par une édition spéciale en 2001 de la revue Interaction de l’Université de Sherbrooke qui raconte quelque 17 expériences d’apprentissage dans l’action. De plus, en 2000 , un réseau de praticiens en codéveloppement est né et a pris la forme en mode virtuel et aussi en rencontre régulière de partage d’expérience et de questionnements sur la méthode. Il s’agissait du réseau francophone de codéveloppement et d’action formation qui éventuellement s’est vu remplacé par la communauté de l’association québécoise de codéveloppement professionnel (AQCP).